captures editions

 



edition

   
Newsletter :
inscription   désinscription
edition


Valérie Cudel
1 rue Gutenberg
F - 26000 Valence
+ 33 (0)4 75 78 45 14
+ 33 (0)6 33 56 50 26
contact@captures-editions.com
 
 

Alejandra Riera

Alejandra Riera, Enquête sur le/notre dehors (Valence-le-Haut) < 2007 - … >
à la date du 24 avril 2012, une image de pensée collective du lieu que l’on habite. Alejandra Riera avec des habitants/es du quartier de Fontbarlettes
Douze échanges, « notes de bas de pages » et trente-neuf planches images et légendes.
Format 21 x 29,6 cm, cahiers cousus, couverture cartonnée, marquage à chaud, 352 pages.
Impression en une couleur et en quadrichromie sur voile de papier pour les planches images.
Tirage : 800 exemplaires
ISBN : 978-2-9533912-7-5
Prix : 25 €

commander

Edité en partenariat avec art3

Avec la participation de Jo et Naïma Pino ; Hafida Kada ; Marion Barras ; Amel, Mohamad-Ali Osman et leurs enfants ; Pierre Pellet ; Catherine [Marie-Jeannette] Lacoste ; Ahmad Qamouch ;
Luc Fontaine ; Rachid et Rachida Zahri ; Michèle et Éliane Blache ; Daniel et Suzanne Anquetil ; Mohamed Ben Ftima ; Meriem Fradj et Xavier Hubert ; Mireille Baudron ; Alain Nivon ; Luc Baylion ; Marc Papillon.

Enquête sur le/notre dehors (Valence-le-Haut) < 2007 - … > à la date du 24 avril 2012 traduit une expérience singulière menée par Alejandra Riera avec et à l’initiative des habitants/es du quartier de Fontbarlettes situé à la périphérie de Valence ville de la Drôme, dans le sud-est de la France.
Constatant une forte stigmatisation et une image très dégradée de leur quartier, les usagers et habitants/es ont formulé une commande destinée à « révéler les manières dont les habitants/es se sont approprié cet espace en mutation constante ». L’édition est une des réponses à cette commande devenue une expérience de recherche collective ayant conduit à des engagements et formes non programmés.
Cela s’est traduit dans les premiers moments par des échanges réguliers (et non par l’image), échanges qui constituaient le matériau de base d’un film-document et de la publication. L’ensemble images/textes a été réalisé selon une définition polyphonique de la notion d’auteur, et propose une « image de pensée collective » qui n’enferme pas la zone dite sensible sur elle-même. Elle introduit bien au contraire des liens avec un dehors beaucoup plus vaste que celui d’un territoire unique, formulant ainsi « l’entre » et le non-dit tout en déconstruisant la place et le rôle de l’image pour des
êtres dans des zones d’exclusion.
Dans sa construction, la publication offre un tressage des matériaux de l’enquête composés par douze échanges retravaillés avec ces habitants/es qui se poursuivent par des « notes de bas de pages » écrites par Alejandra Riera – souvent un hors-champ aux échanges eux-mêmes ; puis trente-neuf planches images et leurs légendes qui viennent révéler une autre strate de réflexion. L’impression de ces planches images sur un voile de papier trouble leur lecture pour inciter chacun à trouver sa propre lumière pour les appréhender. Passage vers l’abstraction entre opacité et consistance, « cette image de pensée collective du lieu que l’on habite est aussi toutes ces images autres en elle. Une image qui se révèle à côté, derrière ou devant d’autres. Elle ne se fixe pas, elle se voit traversée, elle demande à être abandonnée ou recomposée, pensée au sein de tous les matériaux du livre et de ceux qui nous manqueront (A.R. ) ».

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
vaoweb.com Internet valence